8 mars : journalistes, débusquons les stéréotypes de genre

Publié le 04/03/2021

Pour la journée internationale des droits des femmes, le lundi 8 mars 2021, la CFDT-Journalistes a choisi d’inviter ses adhérents et tous les journalistes à questionner leurs pratiques, à travers l’opération “l’heure du tamis”. Pour briser la chaîne des stéréotypes et ne plus être les relais d’un sexisme insidieux, passons au crible nos écrits, vidéos et photos. https://cfdt-journalistes.fr/

Petits qualificatifs, clichés plus tenaces ou images réductrices : la lutte contre le sexisme est loin d’être gagnée. Car elles sont profondément ancrées, les journalistes peuvent aussi véhiculer des idées sexistes – conscientes ou pas.

La proposition de la CFDT-Journalistes le 8 mars 2021 : relire nos productions en se questionnant sur le choix de l’intervenant.e.; sur les termes employés ; les images choisies, les questions posées… Prenons tous une heure pour relire, visionner ou écouter l’un de nos derniers sujets en se posant une série de questions (voir encadré).

Une heure pour prendre conscience

  • Lieu : chez soi ou dans sa rédaction, son syndicat, son association de journalistes, seul ou en petit groupe.
  • Lundi 8 mars, de 12h30 précises à 12h45, une journaliste et adhérente CFDT de la Voix du Nord pratiquant déjà le tamis dans sa rédaction expliquera cette démarche en visio.
  • Puis, pendant les 45 minutes suivantes (ou le temps que vous souhaiterez accorder), penchez-vous sur votre propre production (article, photo, reportage vidéo, son, etc) en choisissant de manière arbitraire un exemple récent.
  • Dans la foulée, faites savoir que vous avez participé, et faites connaitre vos observations (pas de panique, ce n’est pas un examen !) en renseignant un formulaire en ligne (anonymat possible)

Une expérience initiée à la Voix du Nord

A l’origine de cette démarche se trouve le collectif « Ouvrons la Voix » composé de femmes et d’hommes journalistes du quotidien régional La Voix du Nord dont une des chevilles ouvrières est une militante CFDT. Il a obtenu que la direction de la rédaction et la rédaction en chef s’engagent à valoriser la place des femmes dans les contenus du journal comme dans ses organisations.

Ce tamis fait partie des actions préconisées, et pratiquées régulièrement au sein de la rédaction du quotidien régional. Il est suggéré aux journalistes de relire leurs articles après écriture en se posant des questions systématiques sur la façon dont ils/elles ont choisi, présenté, cité, montré des interlocuteurs féminins ou masculins. Et le journal est régulièrement feuilleté collectivement sous ce prisme.

 

Tout sur le site de la CFDT-Journalistes !