COMMUNIQUE DE PRESSE : BUREAUX D'ETUDES : ACCENTURE : la direction privilégie ses actionnaires au dépend des salariés

Publié le 07/02/2024

Accenture a annoncé, le 23 mars 2023, la suppression de 19 000 emplois dans le monde, dont 159 postes en France.

La CFDT déplore que cette stratégie soit nourrie par des considérations purement économiques en ignorant les conséquences sociales et écologiques. Car, malgré un contexte économique porteur pour Accenture France, l’objectif de ce projet est d’abord de rassurer rapidement les investisseurs sur la capacité d’Accenture à poursuivre une politique de redistribution généreuse aux actionnaires tout en continuant à investir principalement dans l’IA. La CFDT considère que ces choix ne sont pas fiables, car ce sont les salariés qui ont un rôle prépondérant pour que les projets vendus et réalisés localement aboutissent.

 

La CFDT estime qu’un tel projet a de fortes conséquences sociales sur les salariés, principalement :

  • Des risques psycho-sociaux engendrés par cette annonce et la pression exercée sur les salariés ;
  • Une perte de confiance et de motivation de tous les salariés –concernés ou non directement par l’annonce - impactant les projets ;
  • Un risque de surcharge sur les salariés restants (report de charge, formation des salariés dans les autres pays…) entrainant un épuisement professionnel.

 

La CFDT demande dès aujourd’hui :

  • L’ouverture urgente de la négociation d’un nouvel accord RPS, afin d’anticiper les nouveaux risques liés aux futures organisations en France.
  • Plus de visibilité et de transparence auprès des salariés sur la stratégie de l’entreprise.
  • Un retroplanning sur le transfert de compétences et l’automatisation des tâches.
  • Un accompagnement et la formation des équipes françaises sur les nouvelles technologies et organisation de ces nouvelles responsabilités par corps de métiers/services.
  • Un rapport détaillé sur l’impact environnemental de la mise en œuvre de l’IA, de l’automatisation et les solutions envisagées pour en éviter la dégradation.
  • Les mesures prises pour éviter tout risque de surcharge de travail et d’épuisement professionnel.
  • Un suivi mensuel de l’évolution de la transformation des métiers support.

 

La CFDT Accenture a également demandé que le coût financier de la rupture conventionnelle collective n’impacte pas financièrement les salariés qui resteront dans l’entreprise en obtenant l’ouverture d’une négociation sur le partage de la valeur.