ORANGE : le come back de Dise dans les directions entreprise France, technique et système d'information

Publié le 23/04/2018 (mis à jour le 23/08/2018)

Depuis 2012, la CFDT défend les utilisateurs et les collègues impactés par COME et a voté une expertise pour connaître toute la vérité sur ce sujet qui dérape depuis trop longtemps.

L'entreprise, après 10 ans de déni, a finalement décidé d'un scénario alternatif à COME : le retour de DISE. Cela ne sera pas sans conséquence !

En 2008, alors que les premières réflexions sont menées en coulisses pour rénover le SI Entreprise, DISE fut rapidement jugé obsolète par la direction du fait de l’essor des offres convergentes : elle fit ensuite le choix d’opter pour un projet alternatif, COME, COnvergence Marché Entreprise.

   En 2012 l’entreprise présentait (enfin !) son projet aux Organisations Syndicales : la perte de contrôle de COME et sa production complètement externalisée était déjà sur toutes les lèvres, aucun scenario alternatif ne semblait envisagé. 100 millions d’euros sur 3 ans devaient initialement être injectés dans le projet, au détriment du reste du SI.

   Après des dérapages de calendrier et financiers, les premiers tests sur l’outil en 2014 se sont révélés catastrophiques. COME avait pourtant pour ambition de pallier 30% des effectifs utilisateurs sur le départ.

   En 2016, malgré un vote des Organisations Syndicales s’opposant à la généralisation de COME SIIE, l’entreprise fit le choix de déployer l’outil et le cauchemar se généralisa dans les équipes internes de DTSI, à tous les services impactés, et aux clients. Les coûts indirects deviennent énormes du fait de la non-qualité générée par SIIE.

Finalement en 2018, un plan B est à l’étude. La direction se félicite d’avoir trouvé en un mois LA bonne idée, elle annonce sans ironie le retour de DISE et la fin de COME.

Mais elle n’a pas partagé les conséquences sur la charge de travail des salariés internes et des externes, et manque de transparence sur le coût de la réadaptation nécessaire de DISE et son écosystème, délaissés depuis plusieurs années.