SFR : Faites vos vœux, rien ne va plus !

Publié le 18/01/2018 (mis à jour le 22/08/2018)

Comme il est d'usage en cette période, nous avions fait le voeu que notre direction entendrait enfin les difficultés au quotidien des "survivants" au plan de départ volontaire.

Nous ne reviendrons pas sur les épisodes des retards de versements de salaires pour les collaborateurs de la SRR ou de Futur, ou le provisionnement « tardif » des cartes tickets restaurants pour de nombreux collaborateurs SFR… c’est la faute à pas de chance sans doute… ! C’est probablement pour les mêmes raisons que nous n'avons toujours pas de calendrier social global et que les premières dates de Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) - qui "vont devoir aller vite" -  viennent tout juste de tomber (19 janvier, 2 et 9 février).

 

Donc, pour bien démarrer, revenons sur l'actualité de cette rentrée en quelques points:

 1 - Le PDV est clos mais le travail n’est pas terminé

La CFDT l'a toujours dit : au-delà des départs, l'année 2018 doit être celle de l'accompagne-ment de ceux qui restent, la plupart meurtris, blessés, affaiblis, désemparés par la succession de mauvaises nouvelles, de résultats en bernes et de revirements incessants, à la mesure de la valse à mille temps des dirigeants.

Une négociation s’est ouverte en décembre et la CFDT a fait des propositions concrètes : attachement aux valeurs du volontariat, solutions face à de probables nouvelles externali-sations, parcours professionnels sécurisés au service de salariés acteurs de leur mobilité, pour une responsabilité de l'entreprise qui doit mobiliser des moyens d'accompagnement social et financier en rapport avec ses moyens économiques (toujours très conséquents !). Les retours de la Direction sont très (très) largement en-deça de nos attentes !

 

2 - Vos régimes de complémentaire santé et de prévoyance évoluent au 1er février

Cette évolution était nécessaire pour 2 raisons :

  • besoin d'uniformiser les régimes entre les sociétés de SFR Group
  • nos régimes (et la quasi-totalité des autres) sont en déficit et nécessitent des évolutions de cotisations pour revenir à l’équilibre.

La négociation  a débuté en début d’année 2017. Pour la CFDT, nous avons prôné le maintien d’un engagement fort de la direction au travers de la part patronale des cotisations.

Nous avons donc négocié dans le cadre d’un équilibre global, pour que les salariés de toutes les entreprises puissent s’y retrouver.

 

Pour les salariés de l’UES SFR, nous avons été vigilants pour que cela ne se traduise « pas que par une augmentation de cotisation », mais s’accompagne aussi de nouvelles garanties ou améliorations (orthodontie adulte, prothèse dentaire, couverture jusqu’à la fin de l’année scolaire des enfants scolarisés ayant atteint 26 ans …).

 C'est ainsi que nous avons obtenu un nouveau régime Groupe de base obligatoire frais de santé benchmarké à 14/20 au lieu de 13 auparavant pour l’UES SFR (et l’option à 19/20).

3 - Télétravail

Encore un sujet où il est difficile d’avancer surtout quand des préjugés polluent les discussions… et que la Direction continue d'enfreindre l'accord SFR qui ne prévoyait aucune reconduction à l'issue de la fin de l'accord. Soyons clairs : ce ne sont pas les organisations syndicales qui bloquent la négociation par caprice ou une volonté de "toujours plus" mais bien la direction qui se révèle incapable de garantir l'accès équitable au télétravail.

 Nous savons que cet accord est très attendu, autant par ceux qui en bénéficient que par ceux qui le voudraient, c'est pourquoi la CFDT, constatant que la direction s'est mise dans une impasse avec des propositions floues, régressives ou inadaptées à la situation nouvelle, a demandé à ce qu'il n'y ait pas liste d'exclusions d'activités mentionnée dans l'accord. Mais nous avons obtenu que des pilotes puissent être mis en place au bout de 6 mois.

 Chacun d'entre vous pourra donc demander à titre individuel - et avoir bon espoir d'obtenir - le bénéfice du télétravail puisque la règle est que personne ne peut être privé de ce droit. Il reviendra ensuite à votre manager de justifier par écrit un éventuel refus et la CFDT sera avec vous pour contester les inéquités de traitement ou les abus manifestes.

 Attention ! Tous ceux qui bénéficient actuellement du TAD chez SFR ne verront pas automati-quement ce droit reconduit : ils devront en faire de nouveau la demande, comme tout salarié. Pour la mise en œuvre, en revanche, ils seront prioritaires, tout comme les salariés de Quadrans (merci le « flex »  - merveilleuse invention qui rend chacun "libre" de choisir où il ne va pas pouvoir travailler !) en février, puis le reste de l'IDF d'ici avril et le reste des régions (y compris SRR) d'ici juillet. La CFDT ne cautionne bien entendu pas ce planning à deux vitesses entre Paris et les Régions !

 4 - Découpe d’Altice

Une fois de plus c’est par voix de presse pour que nous apprenons cette évolution de notre entreprise… belle preuve de dialogue social.

Altice NV a annoncé son intention de séparer les activités américaines des activités européennes, Altice NV devenant ainsi Altice Europe. Cela nous semble être plus une conséquence des dernières turbulences boursière d’Altice qu’un projet anticipé. Même si on nous annonce aucun changement sur notre stratégie et notre activité quotidienne en France, nous restons malgré tout dubitatif sur d’éventuels effets "collatéraux" :

  • Quelles sont les conséquences de ce projet sur notre participation ?
  • ERT, ICART, Rhôn'Telecom, Intelcia vont venir se loger dans SFR Groupe qui va s’appeler Altice France : quelles seraient les conséquences sociales de potentiels nouveaux transferts d’activités de SFR vers ces entités ?
  • Création d'Altice Pay TV : les droits payés par SFR en 2017 seront-ils rachetés à l'euro près par cette nouvelle entité, sans impact pour l'épargne des salariés ?

… autant de points sur lesquels la CFDT demandera des explications à la direction.