La branche Télécommunications

Publié le 11/09/2018

Le secteur des télécommunications a vécu de très nombreuses mutations durant ces six dernières années. En effet, l'arrivée du quatrième opérateur Free en 2012 a bouleversé le marché et a eu de graves conséquences sociales dans les entreprises du secteur.

Un secteur bousculé depuis six ans

La guerre entre les opérateurs que ce soit sur les prix, la zone de couverture du réseau mobile ou aujourd’hui la fibre, est permanente, les investissements sont lourds et les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des attentes des actionnaires.

Les premières victimes de cette guerre sont les salariés ; les plans de départs volontaires se sont succédé ces dernières années à Bouygues Télécom puis à SFR et les conditions sociales se sont dégradées dans de nombreuses autres entreprises.

Malgré tout, l’emploi dans les Télécoms continue à évoluer dans son ensemble, même si de façon contrastée selon les entreprises. Au global le nombre d’emplois directs est en légère hausse par rapport à 2015. Il se montait à 131 500 en 2016, dont 72 555 salariés de droit privé (Orange emploie 100% des salariés de droit public, ex salariés de France Télécom).

 Le marché des Télécommunications français a d’ailleurs renoué avec une très légère croissance en 2017 après une phase de recul depuis 2011/2012 due principalement à l’arrivée de Free sur le marché.

L’engagement quotidien de la CFDT auprès des salariés s’est concrétisé par une progression de la représentativité de la CFDT dans de nombreuses entreprises du secteur des télécommunications sur ces quatre dernières années. La CFDT conforte ainsi sa place de 1ère organisation syndicale dans les Télécoms.

La CFDT très présente aussi au niveau de la Branche

La Branche des Télécommunication regroupe les entreprises relevant de la Convention Collective Nationale des Télécommunications (IDCC 2148). Elle est étendue par arrêté du 12 octobre 2000.

Cette Branche regroupe les quatre grands opérateurs français (Orange, SFR, Bouygues Télécom, Free) mais également des grandes entreprises telles que TDF ou Eutelsat ainsi que beaucoup de PME et de TPE. Elle compte un peu plus de 850 entreprises au total. Néanmoins la très grande majorité des salariés de droit privé (près de 93%) travaillent dans des entreprises de plus de 50 salariés.

Au niveau de la Branche, la CFDT a conforté sa 1ère place en 2017, 9 points devant la CFE-CGC,  avec un résultat de 28,34% et un poids relatif de 33,5%.La CFDT est bien représentée dans toutes les grandes entreprises de la Branche mais également dans de très nombreuses petites, ce qui lui permet d’avoir une excellente perception de la réalité du secteur, tant sur le plan économique que social.

Représentativité des organisations syndicales dans la Branche des Télécommunications :

OS

2013

2017

Progression

CFDT

31,07 %

33,54 %

+2,47

CFE-CGC

19,83 %

23,35 %

+3,52

FO

15,57 %

15,37 %

-0,2%

CGT

16,76 %

14,84 %

-1,92

CFTC

16,77 %

12,90 %

-3,87%

 

 

 

 

 

 

La CFDT participe également activement à la vie de la Branche à travers ses diverses commissions.

Les organisations syndicales et l’unique organisation patronale de la Branche des Télécom (l’Humapp) se réunissent en commission mixte paritaire (appelée CPPNI) au Ministère du Travail au moins quatre fois par an afin de négocier des accords de branche sur des sujets divers en fonction de l’agenda social déterminé annuellement : salaires, formation, égalité professionnelle,…

D’autres commissions se réunissent régulièrement pour travailler sur la formation (commission paritaire nationale pour l’emploi, commission de professionnalisation,…) ou sur la santé au travail (CSPS). La Branche des Télécoms s’est également dotée d’un Observatoire des Métiers qui a pour mission d’étudier  l’évolution des Métiers de notre champ d’activité.

La CFDT à l’international

Enfin n’oublions pas que la CFDT est également membre de l’UNI ICTS (syndicat international des Télécoms). Cela lui donne la capacité de participer aux négociations d’accords transnationaux, comme par exemple l’accord mondial sur la Santé signé à Orange en novembre 2014, un accord innovant et volontariste, qui incarne pour la CFDT des engagements concrets de la responsabilité sociale d’entreprise contribuant à diffuser des pratiques vertueuses à travers une multinationale française au-delà des frontières de l’hexagone.